APIA – « Dès que j’ai commencé à écouter les femmes et les filles victimes de violence, ma vie a complètement changé », a déclaré Ofa Ki Levuka Guttenbeil-Likiliki, directrice d’un centre de crise pour femmes et enfants basé à Tonga. Depuis 17 ans, Ofa fournit des services de première ligne en matière de violence sexiste aux femmes et aux filles. Elle a entendu des histoires de femmes qui font réfléchir - des histoires qu'elle n'aurait jamais imaginées pouvant se produire dans sa petite communauté.

«Donner des coups de pied, donner des coups de poing, tirer les cheveux, mordre et brûler des parties du corps, poignarder avec des couteaux et du verre», a déclaré Ofa. «Ces types de violence ne se produisent pas uniquement aux Tonga, mais partout dans le monde.»

Ofa a partagé ces témoignages de violences à l’égard des femmes lors de l'événement de haut niveau de l'Initiative Spotlight dans le Pacifique. L'événement a réuni des dirigeants et des militants pour discuter de la meilleure manière de concevoir l'Initiative Spotlight, un investissement régional de 50 millions d'euros pour mettre fin à la violence domestique dans la région du Pacifique, où deux femmes sur trois ont déclaré avoir été victimes de violence physique ou sexuelle au cours de leur vie.

Engagement et coopération de haut niveau

Dans son allocution d'ouverture, le Premier ministre des Samoa, Tuilaepa Aiono Sailele Malielegaoi, a expliqué aux dirigeants des îles du Pacifique qu'il importait d'assumer la responsabilité de s'attaquer au problème de la violence à l'égard des femmes et des filles dans la région. «Le succès de l’Initiative Spotlight dépend de notre engagement en tant que dirigeants, du soutien de nos partenaires et de l’engagement de nos communautés», a déclaré M. Malielegaoi. «En tant que dirigeants du Pacifique, le changement doit toujours commencer par nous.»

Natalia Kanem, Directrice exécutive de UNFPA et Neven Mimica, Commissaire européen à la coopération internationale et au développement. (Credit: Spotlight Initiative/Koye Adeboye)

Neven Mimica, Commissaire européen chargé de la coopération internationale et du développement, a parlé du caractère mondial de la violence. Il a évoqué la nécessité de disposer de données fiables et de haute qualité sur la violence sexiste pour orienter les interventions. "Nous faisons de ce manque de données comparables et fiables une priorité dans l'Union européenne", a déclaré M. Mimica. «Parce que la première étape dans la lutte contre la violence sexiste consiste à avoir une idée complète du nombre de vies touchées, en Europe et dans le monde.»

Mme Natalia Kanem, Directrice générale du Fonds des Nations Unies pour la population, a réaffirmé l'engagement des Nations Unies à mettre fin à la violence à l'égard des femmes et des filles d'ici 2030. «Nous ne pouvons pas réaliser les objectifs de développement durable ni la vision des dirigeants du Forum des îles du Pacifique pour "une région de paix, d'harmonie , sécurité, inclusion sociale et prospérité économique" à moins que nous ne mettions fin à l'inégalité des sexes et à la violence à l'égard des femmes», a déclaré le Dr Kanem. «L’Initiative Spotlight est un exemple du multilatéralisme dont nous avons besoin pour résoudre les grands défis du monde.»

Le Secrétaire général du Groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), Patrick Gomes, était également présent. Il a exprimé la détermination des pays ACP à favoriser le dialogue et le partage d’expériences indispensables pour mettre fin à la violence en Afrique, dans les Caraïbes et dans le Pacifique. «Le mot clé que j'ai entendu aujourd'hui est mouvement», a déclaré M. Gomes. «Au nom des ACP, nous pouvons voir que ce monde va de l'avant. C’est d’une importance vitale, c’est la première question à traiter en ce qui concerne le développement.»

Le rôle de la religion

S'exprimant sur le rôle crucial des communautés religieuses en tant qu'agents du changement social, le révérend James Bhagwan,  Secrétaire général du Conseil des églises du Pacifique, a reconnu la nécessité pour les églises du Pacifique de jouer un rôle plus actif dans la lutte contre la violence. «La violence à l'égard des femmes et des filles, sous toutes ses formes, est un péché», a déclaré le révérend Bhagwan. «Cela va à l’encontre de la compréhension chrétienne de l’intention de Dieu concernant les relations humaines.»

Des solutions de première ligne

L'événement s'est terminé par une discussion avec des activistes de la société civile, des dirigeants d'institutions régionales et des experts en violence sexiste qui ont partagé leurs idées sur les stratégies efficaces pour engager les communautés contre la violence.

«Nous avons besoin d'une approche globale qui associe des stratégies de communication et de sensibilisation sensibles au genre, un soutien aux groupes d'intervention - y compris les ONG - et des cadres législatifs et politiques», a declaré Tuiloma Sina Retzlaff, chargée de recherche sur la violence domestique, formatrice et avocate.

«Ce qu’il faut c’est un mouvement social qui intègre tout ce dont nous avons parlé. Tant que tout le monde n'aura pas accepté que la violence à l’égard des femmes et des filles est inacceptable, nous n’aurons rien accompli.» - Dr Colin Tukuitonga, directeur général de la Communauté du Pacifique.

«Il est important pour nous non seulement d'engager le dialogue avec les jeunes, mais aussi de réfléchir à des solutions. Il s’agit d’adopter une approche pragmatique et proactive. »- Betty Barkha, Association pour la participation des femmes au développement (AWID), conseillère au FRIDA Young Feminist Fund. Membre du programme Women Deliver Young Leaders.

«Nous devrions soutenir les programmes qui fonctionnent réellement dans la région. Le Réseau des femmes du Pacifique travaille depuis 20 ou 30 ans pour s’attaquer aux causes profondes de la violence à l’égard des femmes. Il a développé une expertise et des innovations en matière de prévention et d'intervention. »- Melkie Anton fait partie du réseau régional de défenseurs des droits des hommes de Papouasie Nouvelle-Guinée.