Engagement de la société civile

Nous pensons que la société civile est au cœur des changements durables et transformateurs.

Le travail de recherche de l’initiative Spotlight renforce l’idée que le leadership et l’engagement actif de la société civile sont au cœur des changements durables et transformateurs visant à éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles. La société civile, en particulier les mouvements et les militantes féministes et pour les droits des femmes, tient donc le rôle de principal partenaire de l’initiative Spotlight. Parmi ces mouvements l’on trouve des représentant(e)s de groupes confrontés à des formes de discrimination croisées.

L’initiative Spotlight collabore avec la société civile sur la base :

  1. d’une approche fondée sur les droits humains
  2. du principe de « ne laisser personne pour compte », et
  3. de l’appropriation nationale

Groupes de référence de la société civile

La société civile est systématiquement engagée aux niveaux national, régional et mondial par le biais du partenariat avec les groupes de référence de la société civile. Les groupes de référence représentent la société civile au sein des organes de gouvernance et de prise de décision de l’initiative. Ils ont pour but de conseiller l’initiative, de défendre le respect de ses objectifs et de rendre l’initiative responsable de ses engagements. 

Au niveau mondial, le Groupe de référence de la société civile est composé de 20 membres divers, choisis par un comité de sélection dirigé par la société civile en avril 2020.

Boîte à outils : Les membres du Groupe de référence peuvent trouver des ressources, des modèles et des directives pertinents ici.

Veuillez trouver les biographies des membres du Groupe de référence mondial ci-dessous, ainsi que les biographies des membres des Groupes nationaux et régionaux ici.

Woman spray painting a mural

Tableau de bord du financement de la société civile

Civil Society Global Reference Group Members

Portrait of woman
Anne Marie Blanche Manga
Psychologue et conférencière
Voir plus

Anne Marie Blanche Manga est psychologue, féministe, chargée de cours à l'Université de Yaoundé I et animatrice de séminaires sur les questions liées à la SOGIESC et à la violence fondée sur le genre au Cameroun (son pays de résidence) et dans les sous-régions de l'Afrique de l'Ouest et de l'Afrique centrale. Elle s'est spécialisée dans ces domaines thématiques grâce à ses recherches universitaires, à son expérience clinique dans l'accompagnement des survivants de la violence des minorités sexuelles et de genre, et à un grand nombre de participations à des ateliers et conférences sur les questions liées à la SOGIESC et à la violence fondée sur le genre. Anne Marie a travaillé pendant des années avec des organisations locales, apportant un soutien en matière de santé mentale aux SGM et mettant en œuvre des activités de recherche qui pourraient être utilisées pour un plaidoyer fondé sur des données probantes. Anne Marie s'intéresse principalement à la documentation de la vie des minorités sexuelles et de genre par le biais de la recherche, à la promotion du bien-être et des soins personnels pour les femmes, à la recherche de moyens d'améliorer la vie des femmes et des filles, à l'organisation de formations selon les besoins, à la participation à des séminaires et à des conférences sur la santé et les droits sexuels et génésiques, en particulier sur les questions relatives aux femmes, et enfin à la lutte pour un monde meilleur pour toutes les femmes. E-mail : anmamanga@gmail.com

Basobe Arsène Kanyanduru
Organisateur de formations
Voir plus

De nationalité congolaise, Arsène Basobe Kanyanduru est planificateur de formation et a obtenu un master en développement international à l'Institut supérieur de développement rural ISDR/Bukavu. Basobe est passionné par l'organisation depuis son enfance. En 2012, Basobe a poursuivi son stage de 3 mois au sein de l'organisation ADMR, où il a travaillé sur plusieurs projets liés à la thématique des droits de la femme. En 2013, il avait déjà participé à plusieurs missions multisectorielles d'évaluation des besoins, à des séminaires et à des forums sur les droits des femmes. Cette même année, Basobe a été nommé coordinateur de MOVULAC, où il a travaillé jusqu'à présent. Grâce à MOVULAC, il a fait la connaissance de plusieurs organisations et réseaux de défense des droits des femmes dont ATD/Fourth World, IFE, FAP, UECOP, RACOJ, AWID. Depuis 2021, il fait partie du Self-Care Trailblazer Group, qui est un forum dynamique travaillant sur des approches partagées, des pratiques prometteuses et des leçons apprises sur le plaidoyer et les efforts politiques pour faire avancer les autosoins au niveau national. Il a coordonné le groupe en RDC de juin 2021 à décembre 2023. De 2020 à février 2023, Arsène Basobe a travaillé sur deux projets EVAWG en tant qu'agent de suivi et points focaux de plaidoyer pour l'ONG ADMR et la fondation Panzi. E-mail : basobearsene@gmail.com

Geetanjali Misra
Co-fondatrice et Directrice exécutive de CREA
Voir plus

Geetanjali Misra est cofondatrice et directrice exécutive de CREA. Elle a travaillé au niveau de l'activisme, de l'octroi de subventions et de la politique sur les questions de sexualité, de santé reproductive, de genre, de droits de l'homme et de violence à l'égard des femmes. Elle a enseigné en tant que professeur adjoint sur l'intersection des questions LGBT, des droits sexuels et de la santé publique à l'école de santé publique Mailman de l'université de Columbia. Avant de rejoindre le CREA, elle était chargée de programme pour la Fondation Ford à New Delhi et a accordé des subventions dans les domaines de la santé et des droits sexuels et reproductifs, de la violence à l'encontre des femmes et des droits humains des femmes. Elle siège actuellement au conseil d'administration de la Fondation Astraea et conseille Women Deliver 2023. Elle a été coprésidente, présidente et conseillère de nombreux conseils d'administration d'organisations, dont Mama Cash, l'Association pour les droits de la femme dans le développement (AWID), le Fonds mondial pour les femmes, Amnesty International, Task Force et l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Global Fund for Women, Amnesty International Task Force-Gender and Diversity et American Foundation for Aids Research (AMFAR), entre autres. En outre, Geeta est une auteure et écrit régulièrement sur les questions de sexualité, de genre et de droits. Elle est titulaire d'une maîtrise en affaires internationales de l'université de Columbia et d'une maîtrise en économie de l'université de Syracuse. E-mail : gmisra@creaworld.org

Gilda Rivera
Fondatrice du Centre pour les droits des femmes
Voir plus

Être féministe fait partie de la vie de Gilda María Rivera Sierra. Survivante de la violence d'État dans les années 1980 au Honduras, elle est l'une des fondatrices du Centre pour les droits de la femme (CDM), une organisation féministe qui lutte pour l'exercice et la jouissance des droits humains des femmes et pour la justice de genre. Gilda encourage les alliances et le travail en commun qui permettent de repenser la situation du mouvement des femmes et du féminisme dans le pays afin de répondre efficacement à la violence contre les femmes et les filles. De par son féminisme, elle affirme que la reconnaissance et l'exercice des droits sexuels et reproductifs des femmes est l'un des grands défis qui s'imposent dans une société telle que la société hondurienne. Gilda fait partie de différentes articulations nationales et régionales, parmi lesquelles le Réseau national des défenseurs du Honduras et l'Initiative méso-américaine des défenseurs, dont elle a fait partie du groupe directeur. Elle est également membre de la Plateforme 25 de novembre et de la Coalition contre l'impunité. E-mail : gildars@derechosdelamujer.org

Itumeleng Komanyane
Spécialiste du développement
Voir plus

Itumeleng Komanyane est une spécialiste du développement accomplie originaire du Botswana. Elle a consacré plus de 25 ans de sa vie à la justice sociale et de genre. Elle a notamment travaillé sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, les violences sexuelles et sexistes, le VIH et le sida, la santé et les droits sexuels et reproductifs, le développement et le leadership des jeunes, la participation des hommes et des différentes formes de masculinités, les moyens de subsistance durables. Elle soutient également les enfants orphelins et vulnérables. Elle met son expérience dans le domaine de la gestion de programmes, la gouvernance et la responsabilité, la création de mouvements, la défense des droits, la mise en place de mouvements féministes et le renforcement de la capacité des organisations au service de travaux sur la justice de genre. Itumeleng Komanyane s’est engagée dans la lutte contre le VIH et le sida à l’échelle internationale depuis la fin des années 1990. Elle a été à l’avant-garde de Youth Against AIDS (la Jeunesse contre le Sida) au Botswana, secrétaire du Youth Advisory Committee (Comité consultatif pour la jeunesse) pour l’African Youth Alliance (l’Alliance de la jeunesse africaine) et a reçu quatre bourses d’études de diverses conférences internationales sur le sida. À titre professionnel, Itumeleng Komanyane a occupé le poste de vice-présidente du Groupe consultatif régional de la société civile pour l’Afrique orientale et australe auprès d’ONU Femmes. Elle a géré des programmes dans toute l’Afrique (p.ex. pour Sonke Gender Justice) pour promouvoir la justice de genre et éliminer la violence à l’égard des femmes et des enfants par le biais de partenariats avec l’Union africaine, la Communauté de développement d’Afrique australe, le Comité d’Afrique de l’Est et le Parlement pan-africain. Elle a exercé en tant que membre du conseil d’administration de l’Alliance mondiale MenEngage, et travaille aujourd’hui en qualité de responsable des programmes de Frontline AIDS. E-mail : tumiekomanyane@gmail.com

Krishanti Dharmaraj
Directrice exécutive et militante féministe des droits humains
Voir plus

Krishanti Dharmaraj est une défenseuse des droits de l'homme et une praticienne qui veille à l'équité et à l'égalité des sexes et des races aux niveaux local, national et mondial. Elle est actuellement membre de l'Institute for Policy Studies à Washington DC et fait partie du corps enseignant de l'université calédonienne de Glasgow (et de New York) dans le cadre du programme de maîtrise en leadership de l'IED. Krishanti est la fondatrice de l'indice de dignité, une méthodologie et un processus fondés sur les droits et conçus pour lutter contre la discrimination directe et indirecte. Elle est également à l'origine de Dignidad360, qui vise à accroître la sécurité des femmes et des jeunes filles dans les sphères publiques en adoptant une approche décoloniale pour lutter contre la violence fondée sur le genre. KrishantiShe est membre du comité exécutif de FAR (Feminist Alliance for Rights) et présidente du comité de surveillance de l'accord de Dindigul en Inde, qui vise à lutter contre la violence à l'égard des femmes dans l'industrie de la mode et à la prévenir.

Plus récemment, Krishanti a été directrice exécutive du Center for Women's Global Leadership (CWGL) à l'université Rutgers, coordinatrice mondiale de la campagne 16 jours pour mettre fin à la violence fondée sur le genre, mise en œuvre dans plus de 180 pays. Au sein du CWGL, elle a co-créé l'initiative Journalism initiative on gender-based violence (JiG), qui réunit plus de 100 journalistes dans six régions de 38 pays ; elle a restructuré l'Alliance féministe pour les droits (FAR) afin de garantir un leadership féministe transnational ; et elle a travaillé avec des militants, des syndicats et des universitaires pour la ratification et la mise en œuvre de la convention C190 de l'OIT, qui vise à mettre fin à la violence et au harcèlement à l'encontre des femmes et des hommes dans le monde du travail. E-mail : kdharmaraj@cwgl.rutgers.edu

Portrait of woman in glasses
Lara Fergus
Consultante indépendante : politique, recherche et plaidoyer collaboratif pour mettre fin aux violences sexistes et sexuelle
Voir plus

Lara Fergus travaille de manière indépendante et en collaboration pour faire avancer la politique, la recherche et le plaidoyer en faveur de la prévention de la violence fondée sur le genre (VFG) et de la justice intersectionnelle en matière de genre. Elle a précédemment occupé un certain nombre de postes de direction et de leadership : en tant que codirectrice, avec Muthoni Muriithi, de l'Accelerator for GBV Prevention (Accélérateur pour la prévention de la violence liée au genre) récemment créé, coordonnant le plaidoyer pour un investissement plus important et de meilleure qualité dans le travail de prévention fondé sur des preuves et des pratiques ; en tant que directrice de la recherche, des connaissances et du plaidoyer chez Mama Cash, dirigeant le travail visant à renforcer l'élaboration de cas fondés sur les connaissances pour le financement durable de l'activisme féministe ; et avant cela, en tant que directrice de la politique et de l'évaluation chez Our Watch, et avec le gouvernement de l'État de Victoria, dirigeant la co-conception de cadres et de politiques de prévention de la violence contre les femmes en Australie. Lara a occupé un certain nombre de fonctions de consultante auprès d'ONU Femmes, notamment en participant aux préparatifs de la 57e Commission de la condition de la femme en tant qu'experte consultante et rapporteuse sur la prévention de la violence à l'égard des femmes et des filles, et a entrepris d'importants projets de conception et de recherche pour des agences internationales de développement et de défense des droits de l'homme. Lara considère la prévention de la violence à l'égard des femmes comme un projet profondément transformateur, nécessairement intersectionnel, qui repose sur la collaboration et la traduction des enseignements tirés de la recherche, de la pratique et de l'activisme féministe en une action politique et institutionnelle financée.

portrait of a man in glasses
Laxman Belbase
Responsable des réseaux mondiaux chez MenEngage
Voir plus

Laxman est codirecteur de MenEngage Global Alliance. Laxman a de l'expérience en matière de planification stratégique, de programmes, de suivi et d'évaluation, de recherche et de plaidoyer dans les domaines de l'égalité des sexes, des droits de la femme et des droits de l'enfant au cours des 20 dernières années. Laxman a travaillé et apporté un soutien technique à diverses ONG et I/NGO de défense des droits de l'homme, à des agences des Nations unies et à des gouvernements en Asie du Sud, en Afrique, dans les Caraïbes, au Moyen-Orient, en Europe et en Amérique du Nord. Avant de rejoindre MenEngage, Laxman a travaillé pendant sept ans pour Save the Children Suède, en dernier lieu en tant que conseiller mondial en matière de genre et de santé, basé à Stockholm, en Suède. Laxman est l'un des membres fondateurs de l'Alliance MenEngage au Népal et a contribué au renforcement de l'Alliance à divers titres aux niveaux national, régional et mondial, notamment en coordonnant l'Alliance MenEngage en Asie du Sud (2009-2013). Laxman est membre du Conseil de direction du Global Women's Institute/GWU. Laxman est professeur à temps partiel à l'Elliott School of International Affairs de l'université George Washington, aux États-Unis. E-mail : laxman@menengage.org

Madeleine Rees
Secrétaire générale de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la justice
Voir plus

Madeleine Rees est Secrétaire générale de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la justice (WILPF) depuis 2010. La WILPF est l’une des plus anciennes organisations de défense des droits des femmes au monde, qui promeut en permanence une protection plus importante des femmes dans les conflits armés et un rôle accru des femmes dans les négociations de paix en vue de construire des sociétés pacifiques. Elle a commencé sa carrière en 1990 en tant qu’avocate. En 1998, elle a commencé à travailler comme responsable de bureau en Bosnie-Herzégovine et comme experte du genre au sein du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme. Elle a ensuite été responsable de l’Unité des droits de la femme et des questions de genre entre 2006 et 2010. Elle s’est notamment attachée à décrire les différences de réactions entre les hommes et les femmes à des événements, en particulier dans les situations post-conflit. Elle joue un rôle consultatif essentiel dans la Résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité et se concentre sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles dans le contexte des conflits armés. Elle a été nommée Officière de l’Empire britannique pour son travail en faveur des droits humains, en particulier les droits des femmes, et la paix et la sécurité internationales. Madeleine Rees a instauré une approche intersectionnelle pour éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles grâce à son travail au nom de la Commission pour l’égalité raciale (CRE ou Commission for Racial Equality) et de la Commission pour la promotion de l’égalité des chances (Equal Opportunities Commission). E-mail : mrees@wilpf.ch

Nathalie Margi
Chargée de plaidoyer au sein du Fonds d’action urgent (Urgent Action Fund) pour les droits humains des femmes
Voir plus

Nathalie Margi est Senior Advocacy Officer au Urgent Action Fund for Women's Human Rights (UAF), où elle milite avec des partenaires pour un meilleur soutien aux mouvements féministes activistes. Nathalie est née en France de parents libanais et polonais et vit aujourd'hui à New York. Avant de diriger le travail de plaidoyer de l'UAF, elle a défendu la justice reproductive et économique, géré des projets sur les droits LGBTQI et la justice de genre en Haïti après le tremblement de terre, lancé des programmes au Liban pour prévenir et répondre à la violence basée sur le genre dans le contexte de la crise syrienne, organisé des ateliers en RDC sur les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité, travaillé avec le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme en Iran et enseigné un cours universitaire sur les Nations unies. Elle est titulaire d'une maîtrise en droit international des droits de l'homme et en droit humanitaire de l'université d'Essex et d'une maîtrise en études sur les femmes et le genre de l'université de Rutgers. Nathalie réfléchit souvent à la manière de mettre en pratique les valeurs de justice sociale en tant que parent de deux jeunes garçons et elle gère une communauté en ligne pour les parents et les soignants féministes. E-mail : Nathalie@urgentactionfund.org

Nicolette Naylor
Conseillère et avocate spécialiste en droits humains
Voir plus

Nicolette Naylor est leader d’opinion et conseillère au sein de la communauté philanthropique mondiale et avocate spécialiste en droits humains en Afrique du Sud et au sein du système pour la promotion et la protection des droits humains, en particulier auprès des Nations unies, de la Cour européenne des droits de l’Homme et de la Commission africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. Elle est directrice régionale du Bureau pour l’Afrique australe de la Fondation Ford, travaillant pour la justice de genre, raciale et ethnique, en mettant l’accent sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles. Nicolette Naylor a instauré une approche intersectionnelle pour éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles grâce à son travail auprès des minorités, des hommes et des garçons et des groupes LGBTQI+ et soutient les réseaux régionaux d’organisations de travailleurs et travailleuses du sexe. Avant de rejoindre la fondation en 2007, Nicolette Naylor a travaillé comme avocate dans le cadre du programme pour l’égalité au Centre international pour la protection juridique des droits humains (Interights) à Londres, mettant l’accent sur les droits humains et les litiges internationaux, en particulier les droits des femmes. Auparavant, elle occupait le poste d’avocate d’intérêt public au Women’s Legal Centre (Centre juridique pour les femmes) au Cap. Nicolette Naylor a été nommée à plusieurs organes consultatifs, par exemple au Comité de l’égalité des sexes (Committee on Gender Equity) créé pour examiner le projet de loi visant à lutter contre la violence à l’égard des femmes au Nigeria. Elle a également été membre du comité d’experts de la Commission africaine des Droits de l’Homme et des Peuples pour la protection des droits des personnes vivant avec, à risque ou touchées par le VIH en Afrique. E-mail : n.naylor@fordfoundation.org

Ofa Ki-Levuka Guttenbeil Likiliki
Directrice de la Cellule de crise de Tonga pour les femmes et les enfants (Women and Children’s Crisis Centre)
Voir plus

Ofa Ki-Levuka Guttenbeil Likiliki est une militante des droits des femmes de Tonga. Elle est directrice de la Cellule de crise de Tonga pour les femmes et les enfants (Women and Children’s Crisis Centre), membre du conseil consultatif du Réseau des femmes du Pacifique pour la lutte contre la violence à l’égard des femmes et agit également auprès de nombreuses autres organisations. Elle a encouragé l’égalité par le biais de l’autonomisation économique et par l’éducation des femmes, de leur implication politique et leur représentation, ainsi que dans le cadre de la réforme agraire et de la protection contre la violence. Elle a également plaidé en faveur de la ratification de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes depuis plus d’une décennie. Le 9 mars 2015, son plaidoyer a porté ses fruits, le gouvernement de Tonga se disant prêt à ratifier la convention. Ofa Ki-Levuka Guttenbeil Likiliki est titulaire d’une licence et d’une maîtrise universitaire ès lettres de l’Université d’Auckland spécialisée dans le cinéma, la télévision, la communication médiatique, ainsi qu’un diplôme de troisième cycle de la Fondation Thomson (Cardiff, Pays de Galles) en journalisme de radio-télévision international et d’un baccalauréat universitaire en droit (LLB) de l’Université du Pacifique Sud. Elle étudie actuellement en vue de l’obtention d’un Master en droit (LL.M) spécialisé dans la réforme juridique nécessaire pour accroître la participation des femmes au Parlement de Tonga. Elle est également cinéaste. Son dernier film, VAI, portant sur l’autonomisation des femmes par la culture, a été écrit et dirigé avec 7 autres écrivaines/réalisatrices, l’avant-première mondiale officielle ayant eu lieu lors de la Berlinale 2019 (Festival international du film de Berlin) et sa première aux États-Unis lors de l’édition 2019 du festival SXSW. Elle souhaite devenir écrivaine afin de relater la dure réalité de femmes et d’enfants dans l’objectif de construire un monde plus juste. E-mail : ofa.guttenbeil@gmail.com

Salima A. Bacchus-Hinds
Spécialiste du développement et du genre
Voir plus

Salima Bacchus-Hinds est une féministe guyanaise qui milite pour la pleine réalisation des droits des femmes à vivre à l'abri de la violence structurelle et interpersonnelle. Salima est une spécialiste du genre et du développement, avec plus de dix ans d'expérience dans le secteur de la société civile. Son travail a porté sur des questions liées à l'autonomisation des femmes et des filles, à la violence domestique, à la violence communautaire, ainsi qu'aux droits et à la justice en matière de procréation. Elle a dirigé un certain nombre de projets à travers la Guyane et les Caraïbes, visant à sensibiliser à la violence à l'égard des femmes, à mettre les femmes et les familles en contact avec des ressources importantes, à encourager les dialogues communautaires sur le genre et les droits, et à promouvoir l'accès à la justice. Elle est également un membre actif d'une organisation de base, féministe intersectionnelle, dirigée par des femmes et basée en Guyane, appelée Tamukke Feminists. Salima est titulaire d'une licence en psychologie de l'université des Indes occidentales (St Augustine) et d'un master en analyse du genre pour le développement international de l'université d'East Anglia (Royaume-Uni). E-mail : aneesa.hinds@gmail.com

Shamah Bulangis
Oratrice et défenseure des droits humains
Voir plus

Shamah Bulangis, qui est née à Dumaguete et a grandi à Surigao (Philippines), a toujours eu une passion pour le plaidoyer et l’éducation. Venant d’une famille d’enseignants d’écoles publiques, elle s’est sentie tout à fait à l’aise lorsqu’à l’adolescence, elle a été choisie comme éducatrice en santé de la femme spécialisée dans la lutte contre la violence à l’égard des femmes et leurs enfants pour sensibiliser ses pairs dans le nord-est de l’île de Mindanao. Elle a alors développé une passion pour la lutte pour les droits des filles, en créant même un groupe de soutien aux filles victimes d’abus. Ce parcours l’a conduite tout droit à la position qu’elle occupe aujourd’hui, une oratrice honorée à plusieurs reprises et une féroce défenseure des droits humains. Dix ans plus tard, alors qu’elle a maintenant 25 ans, elle a fait pression devant le Sénat américain, a travaillé en tant qu’organisatrice communautaire de projets impliquant les droits des femmes, les droits LGBT, les agriculteurs, les politiques liées à la drogue et la mobilité économique. Elle a également été invitée à participer à des conférences internationales pour son travail. Elle a collaboré avec de nombreux militants partout dans le monde. Après avoir quitté l’école pour devenir militante, elle étudie maintenant les affaires étrangères à l’Université Silliman avec un intérêt particulier pour la politique étrangère féministe et occupe toujours un rôle actif dans la sensibilisation des communautés, estimant que c’est en s’engageant au niveau local que l’on a le plus d’impact. E-mail : ssbulangis@gmail.com