BAMAKO, Mali – Lorsque la fille de Djénéba *, âgée de 6 ans, lui a dit qu'elle avait été agressée sexuellement par son oncle, Djénéba était bouleversée. En tant que mère, elle voulait protéger son enfant et voir son beau-frère traduit en justice, mais elle a également subi des pressions de sa famille pour qu'elle ne se prononce pas. Ils considéraient la question comme une affaire de famille et souhaitaient éviter toute stigmatisation pouvant résulter du dépôt d'une plainte auprès des autorités compétentes.

« La famille voulait gérer la situation en interne mais j'ai décidé de contacter le One-stop Centre qui un service de prise en charge des cas de violences faites aux femmes et aux filles », raconte Djénéba. Les One-stop Centre offrent une assistance intégrée aux femmes et aux filles victimes de violence en leur donnant accès à un soutien médical, psychosocial et juridique en un seul endroit. Ici, Djénéba et sa fille ont signalé le cas à la police et ont pu obtenir les soins immédiats dont elles avaient besoin.

« La famille voulait gérer la situation en interne mais j'ai décidé de contacter One-stop Centre » - Djénéba*, mère 

« Aujourd’hui, ma fille va mieux physiquement et elle est surveillée psychologiquement », explique Djénéba. « Je demande à tout le monde, surtout en cette période de coronavirus, de ne pas laisser vos enfants sans surveillance », dit-elle. « Mon enfant a été violée dans ma propre maison. »

Grâce à la volonté de Djénéba de s’exprimer, l’auteur présumé a été arrêté par la police et l’affaire suit son cours. Ils ont été soutenus tout au long du processus judiciaire par un avocat spécialisé dans la violence sexiste.

Bien qu'il ait été difficile de se manifester, Djénéba espère qu'ils montreront aux autres survivants de la violence que la justice est possible.

« Aujourd'hui, ma fille va mieux » - Djénéba *, maman

Protéger les femmes et les filles à tous les niveaux
Au Mali, plus de 35% des femmes et des filles subissent des violences sexuelles et / ou intimes au cours de leur vie. 50% des femmes sont mariées alors qu'elles sont encore des enfants.

L'initiative Spotlight soutient les survivantes de violence dans 10 centres One-stop Centre à travers le pays, tout en s'efforçant de mettre fin aux pratiques néfastes telles que les mutilations génitales féminines et le mariage des enfants par le biais de la sensibilisation communautaire. En 2019, plus de 480 000 personnes au Mali ont été sensibilisées à la question de la violence basée sur le genre.

En plus de fournir des services de qualité aux victimes de violences, l'Initiative Spotlight travaille dans les régions prioritaires de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et du district de Bamako pour renforcer les cadres juridiques et les institutions qui protègent les victimes. En 2019, 305 communautés ont été équipées d'un système de référence pour dénoncer les violences. Cela signifie que lorsque des autorités telles que les chefs de communauté, les agents de santé, les policiers et les directeurs d'école apprennent que des violences ont lieu, elles ont un ensemble de procédures établies de signalement à suivre.

En travaillant avec le gouvernement, les leaders communautaires, les décideurs et la communauté, il est possible de mettre fin à l'impunité pour les auteurs de violences et de garantir que des filles comme la fille de Djénéba puissent vivre une vie sans violence.

* Le nom a été changé pour protéger la vie privée du survivant 

Par Mamadou Bakary Traoré et Diariatou Diakité. Photo: filles se tenant par la main au Mali, Seyba Keïta/UNICEF.