Lancement de l'initiative Spotlight en Argentine pour éliminer la violence à l'égard des femmes et des filles

En Argentine, malgré les progrès réalisés en matière de prévention, une femme est victime de féminicide toutes les 32 heures. Cette réalité a incité l'Union européenne et le système des Nations Unies à travailler ensemble pour relever les défis de la violence à l'égard des femmes et des filles, en mettant un accent particulier sur l'élimination des féminicides.

L’initiative s'appelle Spotlight (projecteur, mettre en lumière en français) car elle vise à attirer l’attention sur ce fléau, à le rendre public et à en faire le centre des efforts visant à réaliser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, conformément au Programme de développement durable à l’horizon 2030. L'Argentine est l'un des cinq pays sélectionnés en Amérique latine avec Le Salvador, le Mexique, le Guatemala et le Honduras et est le seul en Amérique du Sud à bénéficier de cette initiative. De concert avec l’État et la société civile, l’accent sera mis sur l’élimination des féminicides.

Président Mauricio Macri. Photo: Mariana Roveda

 

L'Initiative Spotlight sera mise en œuvre en deux étapes, la première jusqu'en décembre 2020 avec un fonds d'environ 5,3 millions d'euros et la seconde jusqu'en décembre 2022. Les actions seront menées avec une plus grande attention à Salta, Jujuy et dans la province de Buenos Aires.

Le lancement officiel de l'Initiative a eu lieu devant un auditoire de plus de 500 personnes au centre culturel Kirchner, en présence du président de la République Argentine, Mauricio Macri, et de la première dame Juliana Awada. Le ministre des Affaires étrangères et du Culte, Jorge Faurie, la ministre de la Santé et du Développement social, Carolina Stanley, le commissaire à la Coopération internationale et au développement de l'Union européenne, Neven Mimica; l'ambassadeur de l'Union européenne en Argentine, Aude Maio-Coliche; Achim Steiner, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le développement; et le Coordonnateur résident du système des Nations Unies en Argentine, René Mauricio Valdés, ont également assisté à l'événement. La gouverneure de la province de Buenos Aires, María Eugenia Vidal, la vice-gouverneure de Salta, Miguel Ángel Isa, le gouverneur de Jujuy, Gerardo Morales, et la directrice exécutive de l'Institut national de la femme (INAM), Fabiana Tuñez; parmi d'autres autorités ont également contribué au lancement.

 

"Je tiens tout particulièrement à remercier l'Union européenne et le système des Nations Unies pour cette décision d'amener l'Initiative Spotlight dans notre pays, une décision qui représente également une reconnaissance de nos progrès, défis et engagements pour mettre fin à la violence à l'égard des femmes." - Président Mauricio Macri

Des représentants d'organisations de la société civile expérimentés dans le domaine de la prévention et de la lutte contre les féminicides ont partagé leurs expériences au sein d'un panel animé par Mabel Bianco, présidente de la Fondation pour l'étude et la recherche sur les femmes (FEIM). Les panélistes étaient: Mariana Reuter, coordinatrice du programme Sourds sans violence de FUNDASOR (Fondation des parents et des familles de personnes sourdes pour leur intégration); Ana Álvarez, responsable de la promesse d'Avon d'éradiquer la violence à l'égard des femmes et des filles de la Fondation Avon; María José Álvarez, coordinatrice de la section Genre de la Fondation Juanita Moro (Jujuy) et Héctor Marino Suárez, père de Natalia Rocha, victime de fémicide.

A propos de Spotlight en Argentine

Il s’agissait de la dernière étape de la phase de lancement qui a débuté il y a plus d’un an et qui a rassemblé les autorités nationales et provinciales, des organisations de la société civile, des représentants du secteur privé, des syndicats, des universités et le mouvement des femmes pour identifier et répondre aux besoins urgents et définir les mesures décisives que le pays doit prendre pour lutter contre la violence à l'égard des femmes et des filles.
C’est ainsi qu’un programme de travail a été défini, dont les axes visent à: renforcer les systèmes de collecte de données sur les féminicides, améliorer la prévention de la violence, accompagner les victimes par le biais de services de soins accessibles en lesquels elles peuvent avoir confiance, soutenir la société civile dans ses initiatives visant à éliminer la violence. , renforcer les capacités des institutions et de l'État pour la conception et la mise en œuvre de politiques publiques en réponse à la violence, développer un cadre législatif avec des lois spécifiques et qui soit adapté aux conventions et aux normes des organisations internationales, changer les attitudes et les perceptions qui génèrent des épisodes de violence, entre autres problèmes.

Sur les féminicides en Argentine

• Toutes les 32 heures, une femme est victime d'un féminicide en Argentine.
• En 2017, 274 fémicides ont eu lieu. Si l'on ajoute les transvesticides / transfémicides (6) et les fémicides associés (13 femmes et 15 hommes), le nombre de cas passe à 308.
• 64% des femmes victimes d'homicides volontaires ont été victimes de féminicide.
• Le taux national de femmes victimes de féminicides en 2017 était de 1,31 pour 100 000 habitants.
• Les provinces présentant des taux supérieurs au taux national pour 100 000 habitants sont les suivantes: Salta, 3,32; Santiago del Estero, 3,15; Jujuy, 2,92; Formose, 2,36; Catamarca, 1,98; Cordoue, 1,61; Neuquén, 1,56; Santa Fe, 1,52; Tucumán, 1,45; Chaco, 1,35.

(Source: Sous-Secrétariat des statistiques criminelles du Ministère de la sécurité de la nation et de l'observatoire des féminicides du médiateur de la nation)